1. CSE, définition 

Le comité social et économique a été créé par les ordonnances du 22 septembre 2017 dites "Ordonnances Macron".

Il regroupe les anciennes instances représentatives du personnel qui existaient auparavant :

  • le comité d'entreprise (CE) ;
  • le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ;
  • les délégués du personnel (DP).

Depuis le 1er janvier 2018, toutes les entreprises qui devaient procéder au renouvellement des mandats de leurs représentants du personnel avaient l'obligation de mettre en place un CSE.

À retenir :

Depuis le 1er janvier 2020, toutes les entreprises d'au moins 11 salariés doivent disposer d'un CSE (1).

2. Quels sont les avantages d'avoir un CSE dans l'entreprise ?

Le CSE permet aux salariés d'être représentés auprès de leur employeur, mais aussi de bénéficier d'avantages tels que :

Il a également pour rôle de défendre les droits des salariés dans le cadre d'un conflit individuel, notamment lorsqu'une procédure de licenciement est engagée à l'encontre d'un salarié.

Pour l'employeur, il représente un intermédiaire pour établir un dialogue social au sein de l'entreprise, entre l'employeur et les salariés.

3. Comment le mettre en place ?

Pour mettre en place un CSE au sein de leur entreprise, les employeurs doivent organiser des élections. Il doit être mis en place dans toutes les entreprises de 11 salariés ou plus. 

📌 Pour vous aider à savoir si vous devez mettre en place un comité social et économique, rendez vous sur l'article : CSE, comment calculer les effectifs ?

Dans les entreprises d'au moins 50 salariés comportant au moins 2 établissements distincts, des CSE d'établissement ainsi qu'un CSE central sont constitués (2).

4. Comment organiser son élection ?

Pour pouvoir procéder à l'élection du CSE, l'employeur doit respecter un calendrier des élections CSE spécifique et une procédure très stricte (3) :

Procédure à suivre :

  • 1. informer les organisations syndicales de l'organisation des élections ;
  • 3. les inviter à établir les listes de leurs candidats ;
  • 4. organiser la réunion de négociation du PAP ;
  • 5. afficher le PAP (ou à défaut de PAP, la note sur les modalités d'organisation du PAP fixées unilatéralement par l'employeur) ;
  • 6. préparer les listes électorales ;
  • 7. afficher les listes électorales ;
  • 8. afficher les listes de candidats pour le 1er tour des élections une fois reçues ;
  • 9. préparer le matériel pour le 1er tour des élections ;
  • 10. constituer le bureau de vote ;
  • 11. installer le bureau de vote le jour du 1er tour ;
  • 12. lancer le déroulement du scrutin ;
  • 13. clôturer le scrutin ;
  • 14. réaliser le dépouillement des bulletins ;
  • 15. établir des procès-verbaux et les faire signer ;
  • 16. afficher les résultats.


Pensez aussi à informer le personnel de l'organisation des élections. Si la mise en place du CSE nécessite un second tour, cette procédure doit également être respectée.

Bon à savoir :

Depuis novembre 2019, la transmission des procès-verbaux des élections au Centre de traitement des élections professionnelles (CTEP) et à l'Inspection du travail peut se faire par voie électronique.

👓 Vous aimerez aussi cet article : Élections CSE : la transmission électronique des résultats est enfin possible

Vous avez besoin d'informations juridiques sur l'organisation des élections CSE ? Notre équipe est disponible du lundi au vendredi, de 9h à 18h

5. Qui compose le CSE ?

Quelle que soit la taille de l'entreprise, le CSE est composé de la manière suivante :

  • le président du CSE, qui est généralement l'employeur ou son représentant ;
  • la délégation du personnel au CSE (les membres élus) dont la composition varie en fonction du nombre de salariés dans l'entreprise.

Dans les entreprises de 50 salariés ou plus, le CSE comprend aussi un secrétaire et un trésorier désignés par les membres titulaires du CSE (4).

Le CSE comprend également obligatoirement une commission santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT) dans les entreprises d'au moins 300 salariés. Dans les entreprises de moins de 300 salariés, elle n'est pas obligatoirement créée (5).

Un référent en matière de lutte contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes appelé "référent harcèlement sexuel au CSE" doit également être désigné parmi ses membres depuis le 1er janvier 2019.

6. Quel est le rôle des membres du CSE ?

Les missions des membres du CSE sont diverses et variées.

Dans les entreprises de moins de 50 salariés, le comité a repris les attributions principales des délégués du personnel :

Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le CSE a repris les attributions des délégués du personnel mais aussi du comité d'entreprise et du CHSCT :

  • il reprend les mêmes missions que dans les entreprises de moins de 50 salariés ;
  • il assure l'expression collective des salariés permettant la prise en compte permanente de leurs intérêts dans les décisions relatives à la gestion et à l'évolution économique et financière de l'entreprise, à l'organisation du travail, à la formation professionnelle et aux techniques de production (6) ;
  • il a une obligation générale de consultation au titre de la marche générale de l'entreprise ;
  • il exerce des missions générales en matière de santé, sécurité et conditions de travail (analyse des risques professionnels,  prévention du harcèlement moral, sexuel et agissements sexistes…) (7) ;
  • il formule et examine, à la demande de l'employeur, toute proposition de nature à améliorer les conditions de travail, d'emploi et de formation professionnelle des salariés, leurs conditions de vie dans l'entreprise ainsi que les conditions dans lesquelles ils bénéficient de garanties collectives complémentaires (8) ;
  • il procède à des inspections en matière de santé, de sécurité et des conditions de travail et réalise des enquêtes en matière d'accidents du travail ou de maladies professionnelles ou à caractère professionnel (9).

À retenir :

Le CSE est consulté sur les orientations stratégiques de l'entreprise, la situation économique et financière de l'entreprise et la politique sociale de l'entreprise, les conditions de travail et l'emploi (10).

Pour mener à bien leurs missions, il existe plusieurs moyens à la disposition des membres du CSE.

7. Comment se déroulent les réunions du CSE ?

Convocation aux réunions

L'employeur ou son représentant, a l'obligation de convoquer aux réunions CSE les membres titulaires.

En l'absence des membres titulaires, ce sont les membres suppléants qui assistent aux réunions (11).

Parfois des acteurs externes peuvent également participer aux réunions, notamment l'inspecteur du travail, les agents de la Carsat ou encore le médecin du travail (12).

👓 Ces articles peuvent vous intéresser : 

Ordre du jour des réunions

L'ordre du jour de la réunion est fixé conjointement par le président et le secrétaire du CSE dans les entreprises d'au moins 50 salariés (13).  

L'ordre du jour doit être communiqué par le président aux membres du CSE, à l'inspection du travail et à la Carsat, au moins 3 jours avant la réunion.

Dans les entreprises de moins de 50 salariés, il n'y a pas d'ordre du jour, sauf circonstances exceptionnelles. Les membres élus doivent simplement remettre une note écrite sur laquelle figurent les demandes présentées, à l'employeur, 2 jours ouvrables avant la date à laquelle ils doivent être reçus (14).

Déroulement des réunions

Les réunions du CSE sont animées par le président (c'est-à-dire l'employeur ou son représentant). Il ouvre la séance, anime la discussion sur les points contenus dans l'ordre du jour et gère la prise de parole entre les différents intervenants.

Il organise également, le cas échéant, les votes concernant questions ou points inscrits à l'ordre du jour.

Il est possible de tenir les réunions par visioconférence. (15).

Lorsque l'ordre du jour est épuisé, c'est-à-dire, que tous les points inscrits ont été abordés, il clôture la séance.

L'enregistrement des débats et le recours à la sténographie sont possibles dans les entreprises de plus de 50 salariés uniquement (16).

Un procès-verbal de la réunion CSE doit être rédigé par le secrétaire.

8. De quels budgets dispose le CSE ?

Budget de fonctionnement

Le CSE dispose d'un budget de fonctionnement alloué par l'employeur.

Ce dernier verse chaque année au CSE une subvention de fonctionnement d'un montant équivalent à (17) :

      • 0,20% de la masse salariale brute dans les entreprises de 50 à moins de 2.000 salariés ;
      • 0,22% de la masse salariale brute dans les entreprises de plus de 2.000 salariés.

Budget ASC

À ce budget s'ajoute une contribution versée au titre des activités sociales et culturelles.

Le montant de cette contribution peut être fixé par accord d'entreprise.

À défaut d'accord, le rapport de cette contribution à la masse salariale brute doit être au moins égal au rapport existant pour l'année précédente.

Transfert entre les deux budgets

Le CSE peut également décider, par une délibération, de transférer une partie du montant de l'excédent annuel du budget de fonctionnement au financement des activités sociales et culturelles, dans la limite de 10% de cet excédent (18).

En outre, en cas de reliquat budgétaire, il est possible de transférer tout ou partie du montant de l'excédent annuel du budget destiné aux ASC au budget de fonctionnement ou à des associations (19).

🎥 Pour en savoir plus sur les budgets du CSE, visionnez notre webconférence dédiée : [VIDEO] Tout savoir sur la gestion des budgets du CSE.

9. Quel est le rôle du CSE en matière d'activités sociales et culturelles ?

Le CSE assure, contrôle ou participe à la gestion de toutes les activités sociales et culturelles dans l'entreprise au bénéfice des salariés, de leur famille et des stagiaires (20).

Pour ne commettre aucune erreur, consultez notre article : Faire profiter les salariés des avantages du CE ou CSE : 5 erreurs à ne pas commettre.

10. Qu'est-ce que le référent harcèlement au CSE ?

Afin de lutter contre les agissements sexistes et le harcèlement sexuel au travail, un référent harcèlement sexuel au CSE doit être désigné parmi les membres élus et ce, quelle que soit la taille de l'entreprise (21).

Pour les entreprises qui comptent au moins 250 salariés, elles doivent en plus du référent harcèlement sexuel au CSE, nommer un référent harcèlement entreprise (22).

Tous deux doivent travailler en collaboration. Leur objectif est d'orienter, d'informer et d'accompagner les salariés en matière de lutte contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes, notamment par le biais des actions suivantes :

  • sensibilisation et formation sur les agissements sexistes et les faits de harcèlement sexuel ;
  • mise en oeuvre de procédures internes de signalement ;
  • traitement des situations de harcèlement sexuel.

Boîte à outils :

Pour retrouvez l'ensemble des dossiers et documents relatifs au comité social et économique, rendez-vous sur la page Juritravail dédiée.